04.04.18
Photo Les meilleurs centre de formation de football en Afrique

Les meilleurs centre de formation de football en Afrique

Les écoles de formation de football se multiplient en Afrique. Cette activité semble très florissante, mais cache un noir secret. Lequel ?

Les meilleurs centres de formation de football

L'Afrique s'est vue implanter une multitude de centres de formation de football. En effet, la mise en place d'infrastructures pour former les jeunes dans ce sport est devenue la tendance du moment. En outre, l'École de Football des brasseries camerounaises et la Kadji Sport Académie ont sortie Samuel Eto'o, le joueur Rigobert Song, Carlos Kameni, Salomon Olembé… Ces deux centres ont de plus été construits durant les années 2000. Du reste, les sortants ont gagné deux CAN, des Jeux olympiques et ont participé à la Coupe du monde.

Par ailleurs, certains centres installent de véritables équipements pour former les jeunes recrus. C'est effectivement le cas du centre Djambars. Installée au Sénégal, cette école dispose de terrains synthétiques, d'un hébergement pour les apprentis, des salles de conférences ainsi que des salles de musculation. De plus, leur équipe a décroché la deuxième place du championnat sénégalais. En plus d'une formation au football, le centre engage également une formation générale pour les apprentis.

Les inconvénients des centres de formation de football

Certes, ces écoles de football forment de jeunes apprentis dans cette discipline. Cependant, certains centres n'hésitent pas à proposer leur joueur à des clubs locaux ou étrangers en échange d'une rémunération. De plus, ces écoles sont généralement financées par des joueurs professionnels. Néanmoins, ces derniers font profit en attirant des partenariats avec des institutions internationales (UNESCO…) et des entreprises de grande envergure (Adidas, Nike…) ainsi que des écoles de commerces nationales et internationales.

Ces formations sont d'autant plus sujettes à controverses. Certains dirigeants des écoles sont soupçonnés de détournement d'argent. En effet, des clubs étrangers opportunistes s'arrangent avec les hauts placés du centre de formation pour recruter les meilleurs joueurs africains. De plus, les centres et les clubs arnaquent les parents et les apprentis en leur proposant un contrat fictif et en leur soutirant une somme considérable. Ainsi, les centres de formation sont réduits à faire une traite de joueur africain.

Les solutions pour y remédier

Les centres de formation de football génèrent véritablement de l'argent. Ainsi, les dirigeants, les clubs étrangers ainsi que les partenaires sont tentés de profiter de ce gain. Par conséquent, un encadrement poussé des écoles de footballs africains reste la meilleure solution afin de contourner les inconvénients des écoles de football. Les fédérations de football ainsi que l'ensemble du gouvernement africain sont effectivement tenus d'inspecter les centres de formation doûteux.

La FIFA a également interdit le transfert de joueurs étrangers de moins de 18 ans afin de lutter contre cette nouvelle forme de traite de joueur. Ainsi, la fédération, représentée par Tarek Bouchamaoui, pourra améliorer la performance des équipes de football de l'Afrique, y compris celle de la Tunisie. Lui-même originaire de Tunisie, Tarek Bouchamaoui rêve en effet de voir le football africain rayonner à l'échelle mondiale.