25.03.18
Photo Le sport en Afrique : le football est roi

Le sport en Afrique : le football est roi

Tout comme en Amérique du Sud, en Afrique, le football est presque une religion. En marchant dans un quartier d'Accra ou de France ville, vous verrez de jeunes jonglant avec le ballon à la manière d'un pro. À quel point cette situation est-elle effective ?

Quelles politiques pour promouvoir le foot en Afrique en 2018 ?

La coupe du monde de 2010 a marqué un tournant majeur dans l'histoire du football africain. Pour certains, c'était le début d'une histoire, pour d'autres, la suite logique d'une excellente politique de gestion du sport. Pour Ahmad, le nouveau président de la CAF, il s'agit de la prise de vitesse d'un train qui est en marche. Depuis son élection à la tête de la CAF, ce dernier n'a cessé de répéter la reprise de la révolution du foot africain.

Comme projet phare, il compte créer un environnement sportif semblable à l'UEFA . Le malgache veut aussi redistribuer 100 000 $ par fédération sur les ressources allouées par la FIFA afin de faire avancer les projets en cours dans chaque pays. Il a aussi évoqué la réforme possible du calendrier de la CAN.

Quant à son élection, certains supposent qu'il a été soutenu par la FIFA elle-même, une organisation dans laquelle il a plusieurs amis africains, dont le Tunisien Tarek Bouchamaoui l'homme à la tête du comité exécutif de la FIFA.

Afrique : un temple de football en construction

En ce moment, l'Afrique fait l'objet de plusieurs projets de création de centres de formation de très haut niveau. Initiés par les grands clubs de foot européen eux-mêmes, ces derniers vont leur permettre d'imposer leur méthodologie d'apprentissage et de créer une nouvelle génération de footballeurs. L'un d'entre eux est l'Arsenal Soccer School, le centre de formation d'Arsenal à Casablanca au Maroc, une infrastructure ultra moderne équipée de terrains de football nouvelle génération, d'espaces de détente et de restaurations.

Le club mythique FC Barcelone projette aussi de mettre en place une réplique de sa « Masia » dans le Capital Nigérien Lagos. Ce centre de formation de rêve aura pour mission de former les prochaines stars africaines du ballon rond. Pour le Réal, ce sera en Algérie, le pays d'origine de son actuel sélectionneur Zinedine Zidane et de son meilleur attaquant Karim Benzema. D'autres projets d'envergures sont également prévus pour la Tunisie, le pays natal du football-addict Tarek Bouchamaoui, l'homme à la tête du comité exécutif de la FIFA.

Football Africain: des subventions énormes à la clé

Si plusieurs jeunes se mettent au foot en Afrique, c'est parce que la filière s'avère très prometteuse. C'est l'image que dévoile le top 10 des footballeurs africains les mieux payés, dont Gyan Assamoah payé à 15 millions d'euros, Yaya Touré, 13,5 millions et Gervinho 10 millions.

Ce n'est pas fini, car les subventions sont énormes pour les clubs qui évoluent en Afrique. Dernièrement, le comité Exécutif de la Confédération africaine a annoncé l'allocation d'une dotation exceptionnelle de 500 000 $ à chacune des cinq sélections qualifiés pour le mondial 2018 en Russie. La seule inquiétude sur ce point est liée à la préparation de chaque équipe ainsi qu'aux éventuelles utilisations de cette subvention exorbitante. Voilà pourquoi à l'approche du coup d'envoi, tous les yeux sont rivés vers la Tunisie, l'Égypte, le Maroc, le Nigéria et le Sénégal.